12 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

Petite idiote mélancolique

J’ai le cœur lourd ce matin, le cœur lourd et froid comme celui d’un camion. Mon moteur s’encrasse et se rouille. Il s’arrêtera, un beau jour, après les cris suivant les pleurs. Il comprime mes poumons et mes pensées. Je m’étouffe. Je m’effondre, agonisante, le regarde lointain et souffrant.

Cette nuit je n’ai pas dormi, si ce n’est que quelques heures. Quelques heures, quelques minutes de puretorture où tes yeux bleus me sont apparus. Vides de larmes ou pleins de rire, je ne saurais te dire. Je n’ai jamais su.

Mes mains tremblent. Je n’ai plus faim, je n’ai plus soif. Je n’ai plus soif que de crier tout l’océan qui coule de mes yeux. Je suis perdu, perdu dans cet amour beaucoup trop étendu pour moi, perdu dans cette foret d’idiot, perdu sans toi. Perdu loin de toi, à te chercher comme on cherche la fin d’un labyrinthe.                                                                                                                                  Et puis là, dans un monde sombre, une petit morceau de bonheur lui-meme, un petit sourire qui sait me faire rire dans les jours de pluit, dans les jours où toi tu as sus me détruire.                                                                                                                                                                                                            J’ai peur, j’ai peur de faire souffrir cette petite lueur tout simplement parce que tu es toujours là, dans ma tete, sans cesse à me rappeler que tu es tout près de moi,

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

6dcollegehenrimatisse |
Delegues5eme5 |
Maviebanaloupresque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TPE : Du raisin au vin
| Moiundados
| Cinquantepourcent!